Les bords de Loire  

C'est en ces heures proches du soir

Au bord des rives calmes et sereines

Que je regarde les bords de Loire

Comme un enfant sans plus de peine.  

Ces lentes eaux sont un miroir

D'images floues, d'histoires lointaines

Que je regarde sans trop y croire

Sur les flots gris qui les entraînent.
 

Vestiges anciens des couloirs sombres des châteaux,

Les pas résonnent d'autres époques, d'autres amours,
Les pas légers sur les pierres lourdes de mille mots,

Vertiges d'un soir donné dans l'ombre et sans détour.
 

Chambord ou Blois, ou bien Ménars,
Où Pompadour est souveraine,

Vastes demeures, riches manoirs,
Comme la vie est quotidienne.  

C'est en ces heures proches du soir
Au bord des rives calmes et sereines

Que je regarde les bords de Loire
Comme un enfant sans plus de peine.

retour à la page précédente